Éléments constitutifs d’un disque dur

photo disque dur

Un disque dur est constitué des éléments principaux suivants :

  • De plusieurs plateaux de forme circulaire en aluminium ou en verre traité par diverses couches (dont une ferromagnétique)
  • De têtes de lecture maintenues à une distance infime au-dessus des plateaux (à l’aide d’un coussin d’air issu de la rotation des plateaux)
  • D’un positionneur de têtes afin que ces dernières ne restent pas sur les plateaux lorsque le disque dur est à l’arrêt (ce qui pourrait occasionner des rayures et donc l’altération des données)
  • D’une carte logique qui constitue la partie « traitement de l’information »

Schéma explicatif disque dur

Brève description de son fonctionnement

Les plateaux permettent de stocker des données sur des pistes. Étant donné que les pistes sont des anneaux concentriques pouvant stocker plus de 100 ko (kilooctets), les fabricants les ont divisées en secteurs individuels pouvant adresser selon les standards 512 octets chacun afin de pouvoir y stocker de petits fichiers. En fait, un secteur a une capacité de 571 octets (512 octets de données et 59 octets utilisés par le contrôleur de disque pour retrouver les données).

Pour pouvoir utiliser un disque dur, l’utilisateur doit faire le choix d’un format de système de fichier (FAT16, FAT32, NTFS…). Ce paramètre doit mériter la plus grande attention car ce dernier définit la façon dont les données seront enregistrées et va conditionner les fonctionnalités de votre système. Ce format détermine particulièrement :

    • Les limites de taille du disque dur. À titre d’exemple, un format

FAT 16 limite une partition à un maximum de 4 Go
FAT 32 limite une partition à un maximum de 2 To (théoriquement)
NTFS limite une partition à un maximum de 2 To (soumis aux limites des clusters de 32 bits,limite physique)

  • L’apport de sécurité aux données stockées telles que les permissions et l’altération des données en cas de panne ou d’effondrement système.

 

Par exemple, le système de fichier NTFS permet la récupérabilité des données basée sur le concept de transaction atomique. En d’autres termes, lorsque vous effectuez des modifications sur vos fichiers, Windows stocke votre travail sur mémoire et les transfère sur le disque de stockage uniquement lorsque vous avez fini toutes les modifications. Dans ces conditions, si un incident système interrompt la transaction, Windows est capable de restaurer les données dans un état antérieur connu et cohérent (comme si la transaction n’avait jamais eu lieu).

Pourquoi formater?

Pour pouvoir utiliser un disque dur, il faut tout d’abord le formater. Ce processus se compose de trois étapes :

  • Le formatage de bas niveau, qui consiste à diviser les pistes en secteurs suivis de leur préfixe et de leur suffixe (étape réalisée par le fabriquant)
  • Le partitionnement, qui permet de diviser le disque dur en plusieurs zones que l’on appelle partitions (principal, étendue…). À ce stade, il faut faire le choix du système de fichier (FAT16, FAT32, NTFS…)
  • Le formatage de haut niveau effectué par le système d’exploitation, qui écrit les structures nécessaires pour gérer les fichiers et les données sur le disque. À titre d’exemple, l’OS va écrire le secteur d’amorçage et une table de partitions dont le rôle est de cartographier l’emplacement des fichiers (table des matières).

Recommandation pour maintenir son disque dur en bonne santé

Au fur et à mesure de l’utilisation, le disque dur devient « fragmenté », ce qui signifie que les données sont écrites un peu partout sur le support. Afin de garantir les performances de votre système, il est préférable que les données se situent les unes à la suite des autres. Pour cela, il faut le défragmenter soit à l’aide de l’outil proposé par Windows ou soit par des outils tiers.

Suivant l’utilisation, la défragmentation peut être effectuée trimestriellement ou mensuellement.

Bien que les disques durs soit fiables, ils ont une durée de vie moyenne de 5 à 7 ans. C’est pourquoi il est utile d’utiliser des outils qui permettent de collecter en permanence des informations sur la santé du disque dur via la technologie S.M.A.R.T (Self Monitoring Analysis and Reporting Technology). Ainsi, on pourra prévoir une sauvegarde du système ou son clonage avant qu’il ne soit plus utilisable.

Bon à savoir : Il est important d’acclimater son disque dur lors de changement d’environnement avant de l’utiliser. En effet, lors de changement radical de température (PC laissé dans la voiture en hiver par exemple), il peut se produire de la condensation dans le boîtier qui renferme les plateaux, ce qui peut entraîner de graves rayures (car les têtes de lecture deviennent plus lourdes… donc touchent les disques… et les rayent!)

 

 

© Photo par: Dervishe sur : flickr

Related Posts

Comments are closed.